Entretiens paramédicaux et relation d’aide thérapeutique.

Formateur : Formateur et Cadre supérieur en santé mentale

Durée : 4 jours en deux sessions de deux jours à intervalle d’un mois maximum.

Lieu : Formation intra établissement

Public : Les professionnels paramédicaux

Prérequis : Etre en poste depuis au moins 3 ans

DPC : Non

Accessibilité : Non

Prix : Formation intra établissement; pour un devis personnalisé nous contacter

Mise à jour le : 30 mai 2023

CONTEXTE

Le plan de Psychiatrie et Santé Mentale 2011-2015, qui s’inscrit dans le cadre du Pacte européen, reconnait que la santé mentale est un droit de l’Homme. Ce plan vise à améliorer les réponses qu’apporte le système de santé aux troubles mentaux, dont L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) nous rappelle qu’ils contribuent largement à la morbidité et à la mortalité prématurée. La santé mentale doit être un domaine prioritaire des politiques de santé.


Le plan de Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 a pour objectifs d’une part d’offrir un cadre commun d’action à l’ensemble des acteurs engagés dans la lutte contre les troubles psychiques, et d’autre part il vise à la construction de réponses permettant d’envisager la vie avec et malgré ces troubles.


Les professionnels paramédicaux des secteurs de psychiatrie ont un rôle important dans la mise en place des objectifs de ce plan. Ce rôle demande des qualités de communication et dépend de la relation qu’ils instaurent avec les usagers qui fréquentent leur établissement.


Or notre principal outil pour communiquer est notre personnalité et nos capacités relationnelles. Développer ces capacités n’est pas inné mais nécessite un travail.


Dans ce cadre, l’entretien de face à face joue un rôle de plus en plus considérable dans l’existence professionnelle. Le « contact » personnel devient pour le professionnel paramédical le moyen privilégié d’accroître la compréhension des problèmes qui se posent. L’entretien doit être utile aussi bien pour l’usager que pour l’accompagnant.


En effet, dans l’orientation 186 (Evaluation des besoins en soins du patient par l’infirmier et pertinence du plan de soins) l’ANDPC rappelle que dans son rôle propre l’infirmier analyse les besoins de la personne soignée et organise la réalisation des soins infirmiers et leur évaluation (art R431-1).


L’entretien paramédical est donc un outil important pour la compréhension, la guidance et le soutien psychologique et thérapeutique de la personne en difficulté, mais il ne doit pas rester de l’ordre du dialogue intuitif et peu formalisé.


Le « bon entretien » a donc pour objectif la compréhension exacte de ce qui se passe pour l’autre, la découverte de la manière dont il éprouve la situation, la clarification progressive de son vécu, la mobilisation de la personne vers des pistes de changement et l’élaboration d’objectifs personnels et réalisables. L’intention de bien conduire un entretien ne suffit pas, il faut une méthode et des outils.


A l’issue de la formation, les participants auront une meilleure compréhension des situations d’entretien. Ils pourront ainsi développer des manières d’être et des outils efficaces pour l’accompagnement et la mise en place d’entretiens paramédicaux et d’aide thérapeutique dans leurs différents contextes professionnels.


Savoir identifier les besoins de la personne en souffrance mentale, poser un diagnostic infirmier, formuler des objectifs de soins pour une personne en souffrance mentale, mettre en œuvre les actions et savoir les évaluer nécessite l’appropriassions de connaissance et d’outils spécifiques : l’entretien en fait partie.

OBJECTIFS

Objectifs opérationnels :

La formation permettra aux participants de :

  • Identifier les différents enjeux de la mise en place d’un accompagnement, d’une aide thérapeutique, d’un entretien paramédical dans le contexte professionnel. Définir les différents types d’entretien, clarifier les représentations de la relation d’aide en santé mentale en fonction des postes occupés.
  • Développer des « savoir », « savoir faire », « savoir être » et « savoir agir » efficaces dans la mise en place d’une aide, d’un accompagnement, d’un entretien paramédical dans le contexte professionnel de chacun des participants.
  • Etre en mesure de concevoir des stratégies de mise en place d’entretiens paramédicaux et une relation d’aide thérapeutique adaptée à l’accompagnement des personnes en souffrance mentale.

Objectifs pédagogique :

  • Definire ou (re)définir précisément la relation d’aide thérapeutique (C. Rogers : les concepts, les auteurs, le cadre, la demande), sa spécificité, connaître les différents types d’entretien (directif, non directif, semi-directif), les indications et contre-indications de l’entretien d’aide thérapeutique, la situation d’entretien et ses variables spécifiques. Développer les différentes conceptions de la communication en santé mentale. Connaître les supports méthodologiques et les techniques de l’entretien paramédical pour savoir identifier les besoins de l’usager et établir un plan de soin infirmier.
  • Expérimenter différentes approches relationnelles favorables aux différents types d’entretien et à la relation d’aide en santé mentale (empathie, attitudes de Porter, conception de la communication, techniques expérientielles et stratégiques, conduite de groupe, le raisonnement clinique…).
  • A partir de bilan personnels, apprendre à repérer pour soi et pour les autres : Les difficultés habituelles, les obstacles et conditions de l’observation psychologique; Les difficultés habituelles et conditions de l’écoute compréhensive d’autrui; Les notions d’induction et les attitudes spontanées au cours de l’entretien; Les conditions générales d’une manière de conduire l’entretien qui soit facilitante : écoute active, prise en compte des besoins; Les risques et le plan de soin à développer; Les notions de transfert et de contre.
  • Développer les attitudes efficaces pour la mise en place de la relation d’aide thérapeutique et des techniques utilisables pour la conduite des différents entretiens paramédicaux (directif, non directif, semi directif). Savoir établir un plan de soins efficace en collaboration avec l’environnement.
CONTENU

Accueil, présentation de la méthode, du stage, du formateur et des participants.

Présentation de la session (objectifs, déroulement).

Travail en sous-groupe ; les facilités et les difficultés rencontrées par les participants en situation professionnelle et en rapport avec les objectifs de la session : le vécu, les attitudes, les contre attitudes.

Attente, demande et besoins des participants au cours de la session de formation. Le questionnaire d’auto-positionnement réalisé avant la formation permet au formateur d’individualiser la formation en fonction du niveau et des attentes des participants. En cas d’écart trop important entre les attentes du participant et les objectifs de la formation, ou si le participant ne satisfait pas aux prérequis précisés dans le descriptif de formation, l’établissement est averti afin de prendre une décision quant au maintien du participant au sein de la session.

Mise en commun et contrat pédagogique.

Conception de la santé mental et du soin en psychiatrie.

Rappel sur raisonnement clinique infirmier : pré-requis à la formation :

  • Le raisonnement hypothéticodéductif.
  • Le raisonnement par anticipation.
  • Plan de soins et chemin clinique.

Définition comparée des différents types d’entretien par rapport à l’entretien d’aide à visée thérapeutique :

  • La conversation, l’entretient.
  • L’entretient non directif.
  • Les principes de base de C ROGERS5(3).
  • Le cadre de l’entretien.
  • La demande implicite et explicite.
  • Le cycle du contrat de S GINGER(4).

Spécificité de la relation d’aide thérapeutique. Accueil, aide, accompagnement :

  • Historicité et définition d’aide en santé mentale.
  • La relation d’aide thérapeutique comme outil de soins infirmier (repérer les besoins, évaluer les risques, établir un plan de soins).
  • C Rogers et la psychologie humaniste (entretien centré sur le client, l’entretien directif, non directif, semi directif, l’intérêt positif, l’authenticité, le non jugement, l’écoute active, l’ici et maintenant…).
  • Le processus thérapeutique : outils thérapeutiques, les enjeux, le changement.
  • La reduction de la souffrance.
  • Indications et contre-indication de la relation d’aide thérapeutique et de l’entretien paramédical.

Fait, opinion et ressenti.

L’écoute/observation : savoir écouter, savoir observer :

  • Difficulté et condition à l’observation d’autrui.
  • Difficultés et conditions à l’écoute compréhensive d’autrui (Le questionnement, les différents niveaux d’écoute possible, ressenti, climat, résonance, le contenu latent, le contenu manifeste, le texte et le contexte (l’implicite et l’explicite, le feedback…)
  • Psychologie de la communication interhumaine : qu’est-ce qu’écouter ? (le verbal et le non verbal, les obstacles, les phénomènes de groupe, les représentations, les croyances, les émotions…entendre, dire ne pas dire…), rendre la communication possible et vivante, comprendre, accepter et vivre pleinement ses émotions.

Méthodologie de l’entretien :

  • Le contexte de l’entretien (structure objective et subjective de la situation).
  • La phénoménologie.
  • Les caractéristiques du patient.
  • Les caractéristiques de l’aidant.
  • Le but poursuivi.
  • Le contenu traité.
  • La durée et la fréquence des entretiens : l’espace temps.
  • Les phases de son déroulement : préparation début, le corps de l’entretien, conclusion et l’après.

L’entretien de première intention :

  • Le cadre juridique et législatif ; rôle propre, pratiques avancées.
  • La place et le rôle des partenaires : médecin, psychologue, cadre.
  • La particularité du positionnement de l’infirmier en première ligne.
  • Les fonctions et les missions de l’entretien de première ligne : l’évaluation de la demande, l’orientation et la prise de décision, réponse rapide à la demande.
  • Le contexte du lieu d’exercice : CMP, urgences, VAD, psychiatrie de liaison.
  • Les situations de crise : comment différer et répondre en même temps.
  • L’analyse clinique et proposition de diagnostic.

Mise en application : exercice de simulation apporté par le formateur : L’entretien d’accueil :

  • Présentation du contexte et des règles de fonctionnement.
  • Déroulement du jeu de rôle avec observateur et ajustement du jeu de rôle par le formateur.
  • Débriefing : Objectif de l’entretien, attitudes de base de l’aidant pendant l’entretien paramédical, modes d’intervention, les éléments à considérer dans l’aide thérapeutique, le cadre, la demande et les pièges à éviter.
  • Rédaction de la fiche d’aide à l’évaluation des acquis et des axes de progrès (mise en place et suivi d’action d’amélioration).
  • Verbalisation en groupe et synthèse de la séance.
  • Training d’entretien en sous-groupe avec observateur.
  • Synthèse en grand groupe et évaluation des acquis et progrès.

Intersession :

Cette période qui dure un mois fait partie intégrante du processus pédagogique de formation. Elle permet un temps de recul pour la réflexion et l’intégration des acquis par :

  • Des exercices d’observation et d’écoute.
  • Un travail d’écriture d’une situation problème.
  • La mise en pratique du plan d’action individuel.

Le travail personnel est repris en début de deuxième session et permet l’évaluation des acquis, le réajustement pédagogique éventuel et la stimulation de la démarche formative des participants.

Etude de cas concret :

  • Choix et présentation d’un cas concret écrit par un participant en intersession.
  • Mobilisation des connaissance acquises en première session.
  • Réflexion et écho du groupe, partage des compétences.
  • Les difficultés et facilités dans l’analyse de cas concrets.
  • Les questions non résolues à aborder.
  • L’accompagnement de l’aidant (personne qui mène l’entretient.

La dynamique de l’entretient paramédical :

  • La notion d’induction des réponses.
  • Les interactions et les inductions.
  • La notion d’attitudes implicites.
  • Le attitudes spontanées au cours de l’entretien (les attitudes de porter).
  • Conditions générales d’une manière de conduire l’entretien qui soit facilitante.
  • La notion d’empathie de “bonne attitude” selon Rogers.
  • L’intelligence émotionnelle.
  • L’ajustement créateur.

La relation d’aide à visée thérapeutique :

  • La reformulation.
  • La reformulation reflet.
  • La reformulation comme reversement du rapport figure-fond.
  • L’efficacité des ces techniques dans la relation d’aide thérapeutique.
  • La non-directivité selon Rogers.

L’entretien infirmier comme soin thérapeutique :

  • Étymologie et cadre réglementaire de l’entretien infirmier.
  • La relation comme outil du soin en psychiatrie.
  • La place de l’entretien dans la démarche de soins.
  • Entretien et projet de soins.
  • But de l’entretien d’aide à visée psychothérapeutique : enjeux, changement.
  • Le cadre de l’entretien.
  • Transfert et contre transfert.
  • Conduire un entretien d’aide à visée thérapeutique (savoir mettre en œuvre une relation thérapeutique de qualité, le processus thérapeutique, renforcement de qualité de l’aidant, favoriser la communication et les techniques d’écoute, aborder les limites de l’entretien d’aide à visée thérapeutique).
  • L’implication personnelle.
  • Mieux connaître le socle théorique permettant de l’enrichir et les différents auteurs.

Situations particulières d’entretien paramédical :

  • Entretien au cours d’une agitation.
  • Entretien avec une personne délirante.
  • Entretien avec une personne demande ou confuse.
  • Entretien avec une personne état limite.
  • Entretien informel.
  • Entretien au domicile.
  • Entretien avec la famille.
  • Cas d’entretiens apportés par les participants : questionnement et interrogation.

Mise en application : jeu de rôle :

  • Présentation du contexte et des règles de fonctionnement.
  • Déroulement du jeu de rôle avec observateur et ajustement du jeu de rôle par le formateur.
  • Débriefing.
  • Rédaction de la fiche d’aide à l’évaluation des acquis et des axes de progrès (mise en place et suivi des axes d’amélioration).
  • Verbalisation en groupe et synthèse de la séance.
  • Training d’entretien en sous-groupe avec observateur.
  • Synthèse en grand groupe et évaluation des acquis et progrès dans l’entretien.
  • L’utilisation de la triangulation et du cadre thérapeutique.
  • Les différentes théories annexes : apports de la systémie et la communication paradoxale, l’entretien de négociation, stratégie de résolution de problème,  la notion d’objectif, la motivation.
METHODES PEDAGOGIQUES

Méthodes affirmatives

Le formateur transmet ses connaissances par des méthodes :

  • Expositives : cours théorique, présentation de supports Power Point.
  • Démonstratives : vidéos, cas concrets.

Méthodes interrogatives

Des questionnements structurés permettent au formateur de faire découvrir par le participant, par induction ou déduction, les savoirs à acquérir.

Méthodes actives

Afin de garantir son efficacité et son opérationnalité, la méthode pédagogique est essentiellement active et interactive. Elle se base sur l’expression ou l’apport de situations professionnelles vécues par les participants.  L’ancrage dans les difficultés rencontrées par les participants (étude de situations réelles, retours d’expérience des professionnels) permet une adhésion de chacun et assure leur motivation. Cette formation demande donc un engagement de la part des participants, nous garantissons alors la confidentialité et la sécurité dans les travaux effectués (confère charte éthique).

Le stagiaire sera sollicité dans son implication expérientielle.

La logique de cette démarche exige une organisation en plusieurs sessions ; des exercices de lecture et d’écriture de cas concrets et un plan d’action seront proposés aux participants en période d’intersession.

Etant entendu que la fonction d’accompagnant est un axe prépondérant de l’accompagnement du professionnel (Décret du 30.06.2015 relatif à la qualité de la formation), ces intersessions s’inscrivent dans le dispositif de professionnalisation.

Ce travail en intersession fait directement partie du processus pédagogique. Il permet l’évaluation de l’impact de la formation à chaque début et fin de session et assure le transfert des connaissances et des compétences.

OUTILS PEDAGOGIQUES
  • Présentation croisée.
  • Travail individuel et de groupe
  • Présentation du programme de formation sur Power Point.
  • Réflexion écho du groupe.
  • Ecriture de cas concrets.
  • La méta-communication et critère d’évaluation.
  • Mise en situation et développer le questionnement clinique.
  • Co-construction de la grille d’évaluation.
  • Training d’entretien et mise en situation.
METHODE D’EVALUATION

Niveau 1 – Evaluation de la satisfaction des participants

A l’issue de la formation, les participants sont invités à compléter :

  • La fiche d’évaluation individuelle : les participants évaluent le contenu, son adéquation avec leurs besoins, les modalités pédagogiques, la qualité de l’animation, les conditions matérielles ainsi que la qualité des supports remis.
  • La fiche bilan : les participants indiquent ce qu’ils ont particulièrement apprécié dans l’action de formation, ce qu’ils ont regretté ; ils peuvent proposer des améliorations.

Ces éléments permettent au formateur et au responsable pédagogique :

  • d’avoir un niveau de satisfaction globale concernant l’action de formation.
  • de mettre en place, si nécessaire, des actions d’amélioration.

Niveau 2 – Evaluation des apprentissages en termes de connaissances et de compétences

  • Afin de déterminer l’efficacité de l’action de formation, c’est-à-dire d’évaluer les connaissances et compétences acquises au cours de celle-ci, les participants évalueront leur niveau avant et à l’issue de la formation.

Cette auto évaluation est réalisée au moyen du questionnaire d’auto positionnement sur lequel sont repris les objectifs de l’action de formation.

  • Evaluation des pratiques professionnelles, des retours d’expérience en intersession et verbalisation dans le groupe de l’appropriation des référentiels et des recommandations.