Accompagner la fin de vie des personnes en situation de précarité.

Formateur : Formatrice – Neuropsychologue Docteur en psychologie

Durée : 2 jours

Lieu : Formation intra établissement

Public : Les personnels soignants

Prérequis : Aucun

DPC Non

Accessibilité: Non

Prix : Formation intra établissement; pour un devis personnalisé nous contacter

CONTEXTE

L’observatoire National de la fin de vie consacre son rapport 2015 aux difficultés de soins palliatifs que rencontrent les personnes en situation de précarité qu’elles soient à la rue, au domicile, à l’hôpital, ou en établissement social ou médico-social. Ce rapport insiste sur les difficultés d’adaptation de notre société et de notre système de santé à ces situations souvent « hors norme ».
Ce rapport souligne plusieurs points :

  • La fin de vie des personnes sans domicile en situations d’extrême précarité survient plus précocement qu’en population générale.
  • La fin de vie des personnes en situation de précarité n’est pas pensée puisqu’aucun lieu n’est réellement prévu en volume suffisant pour les accueillir.
  • L’accompagnement de la fin de vie des personnes en situation de précarité n’est pas suffisamment une pratique partagée et solidaire. Chacun peut penser que c’est l’affaire d’autres professionnels soit du secteur sanitaire ou social ou médico-social. Cette situation serait due au manque d’information et de formation.

Pourtant l’accompagnement aux mourants précaires doit désormais faire parti du développement des soins palliatifs. En effet, l’impact de la situation économique sur les personnes en âge de travailler et les progrès de la médecine qui rendent possible le prolongement de la vie avec une maladie grave et qui peut s’accompagner d’une précarisation pouvant aller jusqu’à la perte du logement risquent d’amplifier cette issue (la mort) des personnes en situation de précarité.
Face à ces situations palliatives des personnes précaires, les professionnels de terrain peuvent se sentir démunis et s’épuiser. Notre proposition de formation vise à développer des actions sur le territoire et en inter-secteur (sanitaire, social, médico-social) afin de permettre aux acteurs accompagnant des personnes en fin de vie et en situation de précarité de se mieux se connaître, de développer un savoir et un langage commun et de repérer ensemble les ressources disponibles pour pouvoir travailler de manière plus efficiente.

A l’issue de la formation, les participants auront une meilleure connaissance du processus de la mort et de l’organisation des conditions relationnelles et fonctionnelles. Ils pourront ainsi développer des stratégies partagées et solidaires d’accompagnement des situations de fin de vie des personnes précaires en tenant compte de l’usager et de son environnement…

OBJECTIFS
  • Identifier les enjeux de l’accompagnement de La fin de vie des personnes en situations de précarité.
  • Optimiser l’accompagnement de la fin de vie des personnes en situation de précarité en relation avec l’environnement.
  • Développer des stratégies individuelles, collectives et en partenariat d’accompagnement de la fin de vie des personnes en situations de précarité.
CONTENU

Auto-positionnement. Présentation du formateur, des objectifs de la session et des méthodes pédagogiques : contrat pédagogique.
Questionnement de chaque participant dans le groupe.

Quelles sont les situations difficiles à gérer ?

  • Le vécu, les émotions, les réactions et les contre-attitudes des participants face aux situations difficiles dans le cadre de la prise en charge du deuil.
  • A quel moment la situation devient difficile à gérer ? Comment accepter la mort ?
  • Partage des représentations, des compétences, des valeurs, des limites et des besoins de chacun face aux situations de deuil de la personne précaire.
  • Travail de cohésion des équipes et des partenariats possibles, échange de compétences.
  • Écoute des différences individuelles face au mourant.
  • Accompagner la personne en fin de vie et son entourage.
  • Aide aux aidants.

Repères et définitions:

  • Représentations individuelles et sociales de la mort : aspects historiques, sociologiques, anthropologiques et spirituels.
  • Historique de la prise en charge de la personne en fin de vie : la démarche.
  • Le cadre législatif.
  • Repères éthiques : la question du consentement et la prise de décision d’équipe.
  • Abandon, acharnement thérapeutique et euthanasie.

L’accompagnement à la fin de vie et l’implication personnelle :

  • Le rôle de l’accompagnant : son ressenti, la distance relationnelle, l’écoute, la reformulation, les limites, gestion du sentiment de culpabilité, d’impuissance, le réconfort, quels sont les mots que l’usager utilise, que dire ? Ou pas ? Et comment? Les maladresses à éviter, le confort à apporter.
  • Les situations particulières : le décès brutal, attendu, inattendu, la personne jeune…
  • Équipe pluridisciplinaire et démarche de prise en charge de la personne en fin de vie en situation de précarité.
  • Groupe de parole et soutien psychologique : aide aux aidants.
  • Ressourcement.

Approche de la mort et du deuil :

  • Le travail du deuil : les grandes étapes.
  • Deuils et analyse des représentations.

Évaluer les besoins d’une personne en fin de vie et comprendre son cheminement vers la mort.

  • Approche de la notion de besoin ( Maslow, Henderson, répertoire des besoins fondamentaux de la personne mourante).
  • Approche de la notion de demande (que demande la personne en fin de vie en situation de précarité ?).
  • La souffrance psychologique de la personne en fin de vie et en situation de précarité : désir de vivre, désir de mourir, peurs, conflits intérieurs et situations inachevées, angoisse….
  • Le processus du mourir et ses étapes émotionnelles (E Kubler-Ross).

Prise en charge de la souffrance psychique de la personne en fin de ive en situation de précarité:

  • Épisode dépressif.
  • La révolte, le marchandage, la dénégation, l’acceptation.
  • L’absence d’affect ou l’enlisement de ceux-ci.
  • Le désarroi, la détresse, l’effondrement.
  • Situations « difficiles » à gérer.
  • Les attitudes relationnelles adaptées.

Le dispositif d’annonce du décès pour la personne en fin de vie et en situation de précarité :

  • Le dispositif d’annonce en pratique : les différents temps et les différents enjeux.
  • Modalités de l’annonce : les problèmes.

Les familles – Les proches – Les usagers :

  • Souffrance/ facteurs qui aggravent ou soulagent la souffrance.
  • Rôle, place et besoins des proches, des autres usagers et des familles.
  • La relation accompagnant/accompagné/famille.
  • Accompagnement de l’entourage (proches, autres usagers, familles).
  • Vécu des accompagnants face aux familles.
  • Parcours psychologique des familles des personnes en fin de ive et en situation de précarité.
  • Les modalités d’accompagnement des personnes endeuillées et prévention des risques psychologiques.

L’accompagnement de la personne en fin de vie : l’importance de la cohésion d’équipe au sens large:

  • Deuil et souffrance de l’accompagnant : la notion de vide dans les équipes après un deuil, lors des appels des familles, réinvestissement de la chambre de la personne décédée.
  • Réfléchir à sa propre implication dans l’accompagnement des personnes en fin de vie et en situation de précarité.
  • Les liens entre les membres de l’équipe au sens large et stratégies de partenariat à mettre en place.
  • Les outils à maîtriser.
  • Les réponses et attitudes à avoir.
  • Principe de base facilitant la décision de permettre au patient de mourir.

Approche des difficultés vécues par les professionnels et les bénévoles au contact de personne en fin de vie et de leur proche.
Verbalisation et prise de recul.

SOUTIEN ET ANALYSE DE CAS CONCRETS.

  • Analyse de cas concrets.
  • Choix et présentation d’un cas concret apportés par un participant.
  • Verbalisation et prise de recul.
  • Mise en lien avec les connaissances acquises en session, évaluation des pratiques professionnelles.
  • Évaluation du transfert des compétences acquises, verbalisation dans le groupe.
  • Les stratégies de partenariat à mettre en place.
  • Difficultés et facilités actuelles dans cette analyse de pratique.
  • Réflexion et écho du groupe, partage des compétences entre les différentes structures(sanitaire, social, médico-éducative)..
  • Les questions non résolues à traiter.
  • Ce qui peut être amélioré par cette session (objectifs individuels écrits : indicateur de suivi en fonction des recommandations et des guides de bonnes pratiques).

Bilan de la formation.

METHODES PEDAGOGIQUES

Méthode active et interactive, travail des représentations, questionnaire d’évaluation, exposé théorique et documents photocopiés.

OUTILS PEDAGOGIQUES

Apports théoriques

METHODE D’EVALUATION

QCM questionnaire d’auto-positionnement, par interaction avec le formateur à la fin de chaque séquence de travail.